Page:NRF 11.djvu/344

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


33^ LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

lui ; il sait adapter au réel ses dons d'artiste et d'homme d'action. Cette culture anglaise qui l'a fait écrivain ne le détourne pas de ses frères lointains, arriérés, déshérités. Il parle, il écrit le yeddisch. Non seulement il a longuement fréquenté ces ghettos " de formation volontaire " qui vont sans cesse crois- sant dans l'Est de Londres et dans New-York ; il est remonté de plus aux sources de l'émigration, il a connu les juiveries d'Allemagne, de Pologne, de Bohême et de Galicie. Il sait traduire les vertus et les vices, les rêves, les superstitions, les ridicules et l'humour, tout le tragique et le comique du Ghetto. Il ne renierait pas ces phrases que Spire emprunte à VUriel d^Acosta de Gutzkow ! " Pourquoi Joseph, revoyant en Egypte les frères qui l'avaient vendu, laissa-t-il échapper des larmes ? Pourquoi, malgré l'horreur qu'il nous inspire, ce chaos de coutumes que nous traînons après nous de l'Orient nous relie- t-il encore comme si nous étions frères, ce que nous sommes bien moins souvent que nous ne paraissons ? " — Entre temps, Zangwill pourra bien, à Rome, admirer l'adoration naïve des contadines et des facchini, sympathiser avec eux et se dire : " Je connais mieux mon Moyen-Age que le connaisseur protes- tant qui m'écrase sous le poids de sa culture, ou le pseudo-catho- :l lique en quête de sensations. " — Sa vocation vraie le rappelle vers le peuple de Juda. Il connaît, il a dépeint l'horreur des pogromes russes ; il a vu, dans les pays d'Occident, affluer la | foule des fugitifs ; et, marqués comme ils sont du joug hérédi- taire, il sait bien qu'ils ne peuvent pulluler dans nos villes sans 1 y soulever bientôt de nouvelles hostilités. Il fiit donc sienne l'idée d'un Etat juif, lancée par le D"^ Herzl ; il débarrasse cette idée de toutes chimères mystiques : Peu lui importe que la Jérusalem nouvelle s'édifie en Palestine, en Amérique, ou sur les plateaux africains, pourvu que ses citoyens forment, selon le vers de Faust^ " un peuple libre sur un sol libre. "

Ainsi nous somme$ préparés à comprendre l'attitude et le dessein de l'auteur. En résumant d'abord son livre comme un

�� �