Page:NRF 11.djvu/509

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 503

toujours ce qui a été dit par nos pères, mais dans le langage qu'entendent nos fils. "

Le point de vue auquel M. Valois ramène toute sa philoso- phie politique et religieuse est celui du père de famille. La philosophie de l'autorité se réalise, se personnalise ici en une philosophie de la paternité. L'homme, lorsqu'il devient père, lorsqu'il médite sur les sacrifices, les devoirs, les droits que lui apportent ou qu'implique cette fonction, lorsqu'il reflète dans son intelligence consciente les données nécessaires de cet état naturel, se place par là même dans l'idée vivante et logique du roi et de Dieu. Ces deux idées ne se conçoivent pas sans la paternité, qui est leur principe, et d'autre part la paternité se disjoint, devient éphémère et insubstantielle si elle n'est pas encadrée, enracinée, justifiée, par ces deux ordres, matériel et spirituel, de l'Etat monarchique et de l'Eglise catholique.

Le traditionalisme monarchique actuel se réclame volontiers de Fustel de Coulanges et de manière parfois bien artificielle. Le Père paraît retrouver dans la cité antique ou aryenne les cendres de son foyer et les modeler en des essences métaphy- siques un peu vagues, les répandre en des effusions sentimen- tales où il leur reste de la chaleur. En effet tout traditionalisme a pour limite paradoxale et théorique le retour au foyer primitif, au foyer de la vieille famille aryenne, pris comme le fondement nécessaire et absolu de l'ordre social. M. Paul Bourget a écrit ce trop intelligent et trop artificieux roman de VEtape pour montrer que la famille et non l'individu constituant la cellule posée par la statique sociale, la dynamique sociale elle aussi a son principe dans cette même famille, en tant qu'elle se meut régu- lièrement et change continûment. Le Play a fondé sur les mêmes bases non seulement sa Réforme Sociale qui gravite autour des Autorités Sociales, des chefs de familles prospères, mais aussi sa science sociale, à monographies de familles. Telles étaient également les idées directrices de Bonald, de sa politique théo- logique et de sa théologie politique. Je veux par là rappeler

�� �