Page:NRF 13.djvu/238

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


230 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Vénus surprise, je ne sais quel insigne ou quel trait dé- fendu, mais pas à la même place de leur corps, et pour chacun cette étrange pudeur changeait d'objet. Le soleil était ardent, et je vis pourtant deux colonels relever leur col et le maintenir avec force. Les sous-intendants ré- pondaient à notre salut d'un bras court et sans élan, comme pour contenir des cartes cachées dans leurs man- chettes. Les ordonnances couraient avec des dolmans et des pantalons, ainsi qu'au rugby les managers quand un joueur a déchiré son maillot ou sa culotte. Mais ce n'était point que le Grand Quartier eût dans un effort craqué sa casaque, point que chaque officier d'état-major eût senti soudain combien artificielle est la mode qui consiste à se couvrir, combien parfois au-dessous de ses vêtements l'on est, dans l'état-major, petit et nu. Ce n'était pas pour faire des mannequins, tromper l'ennemi, et laisser rapporter à l'Allemagne atterrée par l'avion qui chaque matin faisait sa visite qu'au lieu de douze cents, ils étaient deux mille officiers, maintenant, occupés malicieusement, sur les bords de la Voulzie, à lui vouloir du mal. C'était que le général Anthoine arrivait, et qu'il interdisait, dans son premier ordre du jour, sous peine d'exclusion, d'envoi au front, de mort, les cols rabattus, les pantalons relevés, les manteaux à martingale. Des commandants de chasseurs à pied qui n'avaient pas le passepoil jaune réglementaire restaient immobiles à leur table, comme en des habits que le moindre mouvement découdrait à toutes les coutures. Au risque d'être dégradés, les chefs d'escadrons s'entassaient dans le train de quatre heures pour aller rechercher dans leur vieille cantine de Paris un col en celluloïd et leur vieux képi rouge, car le général avait ordonné le képi rouge à

�� �