Page:NRF 15.djvu/235

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


RECONNAISSANCE A DADA 229

lit de mort, parlant de ses premiers essais, il lui confiait : « C'était mal » ?

Si j'avais plus de temps, plus de place, je montrerais ici comment le Cubisme tout entier, et en particulier le Cubisme littéraire, n'est rien de plus dans le fond qu'un raffinement du Symbolisme, c'est-à-dire de Fart de s'engendrer soi-même. L'exemple de Mallarmé et de Rimbaud plane constamment sur lui. Si les Cubistes parlent si souvent de construction ', ils pensent seule- ment à la construction au dehors, à l'édification poétique de leur personnalité. Les lois qu'ils s'imposent ne cessent pas d'être subjectives ; elles n'ont d'autre sens que d'assurer une certaine cohésion esthétique entre les élé- ments de leur sensibilité. Mais ils produisent cette harmonie avec tout le reste, elle sort d'eux-mêmes comme tout le reste. Il continue de s'agir uniquement pour eux d'auto-expulsion. L'idée de repères extérieurs à observer ne les efileure même pas. Ils ne voient de mesure pour leur génie que dans l'intensité de la force qu'ils sentent les fuir au cours de la création, ou que dans l'étrangeté, au sens propre, dans l'écart par rapport au réel, des images, des spectacles, des mouvements ps5'choIogiques, des pensées même qu'ils mettent au jour.

Tout le charme d'Apollinaire n'est-il pas dans une cer- taine excentricité qu'il arrive à se procurer à lui-même ? — Où le prendre ? dites-vous. Comment le reconnaître? — Justement il ne cherche pas du tout à se faire recon-

j. « Le poème est un objet construit. » Max Jacob. Préface du Cornet à dés.

�� �