Page:NRF 17.djvu/233

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES • 227

pas égal effort imaginatif à simplifier un sujet nombreux, et encombré de déchets sentimentaux, qu'à enrichir un sujet pauvre ?

Ce qui fait l'infériorité de Fragonard, et ne nous le montre que comme un petit maître même à côté de Boucher, c'est que ses moyens sont trop parallèles au sujet choisi. Les nudités, chez Raphaël, deviennent des architectures ; chez Fragonard ce sont les architectures ou les objets solides faisant partie du sujet, qui, abandonnant leurs vertus spécifiques, épousent et doublent les formes vaporeuses de ses fragiles poupées. Le dossier d'un lit s'incur\?e mollement comme un bras féminin ; les murs se dissolvent ; un édredon, une draperie se gonflent comme des fesses. La polissonnerie, ici, est donc davantage dans l'exécution que dans l'inspiration. La main n'ose pas contredire le cerveau, ou bien est-ce le cerveau qui se montre incapable de faire dévier le geste trop constamment caressant de la main... Les tableaux transposés de Fragonard, les plus ennoblis, sont hélas ! les moins typiques, les moins nombreux et, naturellement, les moins goûtés. Dans le Sacrifice de la rose par exemple, la rigueur de la composition et surtout la précision du dessin enlèvent aux nus voluptueux leur érotisme ; cet érotisme par ailleurs trop souligné par la tache colorée, qui, employée systématiquement, et sans le secours de la ligne, constitue l'élément bassement sensuel de la peinture.

Des tableaux comme Le Sacrifice de la rose, dont il fit plusieurs

répliques, réhabilitent Fragonard et démontrent suffisamment

que les libertés que peut prendre (ou que doit prendre) un

peintre impliquent forcément, pour que l'œuvre soit intense,

d'égales servitudes : une soumission passionnée à des règles

communes. andré lhote

RENOIR, par Ambroise Vollard (Crès).

L'esprit malicieux de M. Vollard devait lui permettre défaire, du livre qu'il consacre à la vie de Renoir, une œuvre plus complète et plus représentative de l'artiste que de celui qu'il écrivit sur Cézanne. Le caractère ombrageux du Maître d'Aix résistait à ce genre d'analyse. Malgré toutes les études, Cézanne demeure extraordinairement mystérieux. Son esprit,

�� �