Page:NRF 17.djvu/571

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

JEROME ET JEAN THARAUD 565

rompe, que le vase d'or se brise, que la cruche se casse sur la fontaine et que la roue éclate sur la citerne. »

Préfiguration de la carrière littéraire des Tharaud partant de l'anarchie et d'une morale de beauté pour aboutir, après mille tours, à travers les nations et les religions, et sans encore oser l'avouer ouvertement, à tous les conformismes de leur peuple et de leur caste.

Ces grands courants souterrains qui en définitive mènent le monde, bientôt il n'a plus suffi aux Tharaud d'étudier comment ils entraînent les individus, ils ont voulu montrer comment ils conduisent les peuples aux grandes folies collectives, au meurtre en masse qu'est la guerre. Déjà Dingley avait la hantise de la guerre ; la première moitié de la Bataille à Scutari d'Albanie est consacrée à étu- dier « des gens qui se battent, des hommes qui croient à quelque chose et qui donnent leur vie pour cela ». Et c'est encore la figure de la guerre qui apparaît dans Une Relève et à de nombreux passages de Marrakech ou les Seigneurs de l'Atlas.

Mais ce n'est point assez encore pour la curiosité des deux frères que d'exprimer ces moments de paroxysme que sont les guerres. Pour pénétrer à fond les secrets des humains, il faut étudier les races et les religions, non pas au repos — elles n'ont jamais de repos, — mais à l'état de crise latente, dans leur vie quotidienne. Et de ce souci sont nés les deux plus puissants massifs de l'œuvre des Tha- raud : le massif juif et le massif musulman. Juifs et musul- mans considérés en soi et dans leur lutte contre la chré- tienté. Judaïsme, christianisme, islamisme, trois des grandes traditions humaines, trois des grandes âmes col- lectives de l'humanité. Si demain les Tharaud s'attaquent aune étude du bouddhisme, ils auront fait le tour des races et des religions.

Dans la Fête Arabe, c'est l'islamisme aux prises avec la chrétienté française, lui résistant, mais refoulé par l'invasion d'une tourbe méditerranéenne gorgée d'anisette et animée

�� �