Page:NRF 19.djvu/561

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


FINALE DE SIEGFRIED ET LE LIMOUSIN 559

« demander service » ! Lili David me rappelait ce monsieur à moustache bleue qui du fond du salon vide de l'Orient- Express s'avança vers ma table et me dit : — Voulez-vous jouer aux cartes avec moi, je suis Grec ? On voyait que Lili ne connaissait pas mon oncle millionnaire, qui me laissa ne faire qu'un repas par jour pendant deux ans, faute de trente-cinq francs par mois ; ni Sainte-Beuve, qui donnait aux étrennes dix sous à sa concierge ; ni le direc- teur de Polytechnique, qui roulait dans un papier la somme sans pourboire qu'il glissait au taxi, et disparaissait avant que le cocher ait pu dérouler et compter. Un soir, par malheur pour lui, il avait pris une mauvaise clef.

— Je vais être arrêtée, continua Lili David. Nous avions préparé un mouvement que celui de votre ami Zelten annule. Les Zelten iens, à moins que ce ne soit les Kleis- tiens, à moins que ce ne soit les réactionnaires qui s'em- busquent déjà derrière Dachau vont me prendre. Je serai relâchée, mais on perd dans ces prisons bien des choses et tous ses papiers. Aidez-moi à sauver les seuls auxquels je tienne, ces trois lettres, qui ont été écrites par Heinrich Heine à mon arrière-grand'mère. Vous pensez quel cas ferait d'elles le nouveau Séidl ou le nouvel Egelhofer. Mon vieux Lieviné Lieven d'autre part les vendrait. Les voulez-vous ?

Je pris les lettres. Jusqu'au déjeuner d'ailleurs Lili trouva des prétextes à revenir ; elle avait oublié en une fois ce que les femmes oublient en une année chez leur ami, son mouchoir, son face-à-main, un petit cornet acoustique, des sels pour son cœur, car il n'était pas un de ses sens qui ne fût trop tendu ou trop lâché, et qui ne réclamât à toute heure un excitant ou un frein. Elle affec- tait de ne pas user de ces annexes en ma présence, me laissant l'illusion que je mettais en elle au même rythme et ses yeux, et ses poumons, et les ondes sonores... Puis, quand tout fut retrouvé, elle revint pour me combler de dons, que moi je n'avais pu guère oublier chez elle, d'une malle de voyage en laque gravée, de chandeliers en cire, tous

�� �