Page:NRF 19.djvu/641

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 639

elle est beaucoup moins fanée que presque toutes nos œuvres dramatiques de la même époque. M. Denis Roche nous dit qu'en la montant Stanislavski a obtenu un de ses plus brillants succès.

Est-ce la difficulté de satisfaire aux exigences de la censure russe et par conséquent de faire représenter ses pièces, est-ce l'influence de ses amis parisiens qui a porté Tourgueniev à se désintéresser quelque peu de son théâtre et à n'y voir que des essais de jeunesse ? Il serait curieux que ce soit dans ses pre- mières œuvres qu'il apparaisse le plus spécifiquement, le plus prophétiquement de son pays.

JEAN SCHLUMBERGER

��*

  • *

��LE DOMAINE, par John Galsworthy, traduction du prince Bibesco (Calmann-Lévy).

Galsworthy occupe aujourd'hui une des toutes premières places du roman, non seulement pour l'opinion anglaise, mais pour l'opinion européenne. Il paraît avoir en Suède, pour le prix Nobel, plus de partisans que Thomas Hardy, et il sera pro- bablement, cette année, le favori. Jusqu'ici il a été accueilli en France avec tiédeur, malgré l'article enthousiaste et éclairé que lui a consacré M. André Chevrillon dans ses Trois Etudes de Littérature Anglaise (Pion). On a accusé ses traducteurs, dont la tâche, avec un écrivain si délicat et si subtil, est extraordi- nairement difficile. La traduction du prince Bibesco paraît attentive et soignée, et elle fait passer en français une œuvre de premier ordre. Le Domaine (Country Housé) se rattache au cycle des cinq premiers romans de Galsworthy, qui va d'Island Pha- risees à The Patrician, et où l'auteur a peint cinq milieux de la haute société anglaise. Le Domaine présente au plus haut degré les qualités ordinaires de Galsworthy. Une extraordinaire délicatesse de touche, une vie très intense obtenue par les moyens les plus économiques, par les signes les plus discrets de la vie la plus intérieure, une ironie où il n'y a pas un grain de méchanceté, et qui se confond, d'un point de vue final, avec la plus juste clairvoyance. Certains romans de M. Boylesve, l'Enfant à la Balustrade par exemple, correspondraient peut-

�� �