Page:NRF 1909 12.djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


JOURNAL SANS DATES 523

palais, le 24 août. Elle sourit dédaigneusement, et quelques rides profondes se dessinèrent sur ses joues blafardes. — Vous nommez cela un crime ? répondit-elle ; ce ne fut qu'un malheur. V entreprise, mal conduite, ayant échoué, il n'en est pas résulté pour la France, pour V Europe, pour F Eglise catholique, le bien que nous en attendions. Que voulez-vous ? Les ordres ont été mal exécutés. Nous n'avons pas rencontré autant de Montlucs 1 qu'il en fallait. La postérité ne nous tiendra pas compte du défaut de communications qui nous empêcha d' imprimer à notre œuvre cette unité de mouvement nécessaire aux grands coups d? Etat : voilà le malheur ! Si le 25 août il n était pas resté V ombre, d'un huguenot en France, je serais demeurée jusque dans la postérité la plus reculée comme une belle image de la Providence. Combien de fois les âmes clairvoyantes de Sixte-Quint, de Richelieu, de Bossuet, ne m'ont-elles pas secrètement accusée d'avoir échoué dans mon entreprise, après avoir osé la concevoir.

Je comprends que cette idée éblouissante puisse séduire certains esprits, très prompts à s'échauffer lorsqu'il s'agit du sang des autres ; mais hélas, je comprends surtout ce qu'elle peut présenter d'exaltant, cette idée, à certains autres esprits, prêts à jouer leur vie sur une conviction, je veux dire incapables de préférer la vie s'ils ne la doivent qu'à un reniement de ce qu'ils considèrent comme leur raison même de vivre, et convaincus que la moindre goutte de leur sang vaudra plus que tous les raisonnements du monde pour triompher de ce qui, partant, devient l'erreur.

Il y a toutefois ceci de très grave, c'est que le catholi-

1 On a découvert depuis peu de quelles félonies le fidèle Montluc était capable.

�� �