Page:NRF 1909 12.djvu/104

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


526 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

réduction par le dehors sera toujours odieuse, ruineuse et sinistrement bouffonne. Car, l'embêtant pour Athalie, c'est que c'est toujours Eliacin, l'embêtant pour Hérode, c'est que c'est toujours la Sainte Famille qui échappe.

��*

  • *

��Dialogue des amateurs^ dans le Mercure du 1 5 novem- bre, — où M. de Gourmont revient à un de ses trois thèmes favoris : alcoolisme, démoralisation, dépopulation. Il convainc de sottise (il y tâche du moins) quiconque se met en garde et s'effraie, quiconque ne raisonne pas comme suit : La preuve que la France est encore trop peuplée c'est qu'on y rencontre des ouvriers sans travail. Mais : " L'invasion ne ferait peut-être pas tant de mal que cela à la France. Ce n'est qu'un moment à passer ", dit-il plus loin.

" Il faut que les grands mots soient tous salis " dit-il dans le numéro suivant. Et s'il ne salissait que cela !...

Oh ! parbleu je comprends ce que M. de Gourmont veut dire, et conviens qu'il soit bon de dénoncer certaines idolâtries. Mais ces grands mots me semblent souvent aujourd'hui déjà suffisamment couverts par la crasse, et souvent aussi je cherche le " grand mot " ; je ne vois plus qu'un M. de Gourmont qui salit.

Quand je cesserai de m'indigner, j'aurai commencé ma vieillesse.

  • *

�� �