Page:NRF 1909 12.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


47 2 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

fatigué, fatigué comme si je n'allais plus pouvoir vivre après tout ce que j'ai vécu, déjà. Trop de joie du printemps, trop de désir d'être gai, un amour renouvelé pour ma femme, un amour nouveau pour mon enfant, trop d'espoir, une attente trop forte...

Vie ! Vie ! me voici, homme enivré d'être homme : fais de moi tout ce que je puis être ; emporte-moi comme si je n'étais attaché à rien !

��* *

��A genoux devant elle, elle attire ma tête sur sa poitrine, l'y tient pressée, et je l'entends qui murmure : Resteras-tu longtemps encore à cette place ?. . .

��#

��Hélène s'arrête parfois, découragée, au milieu de ses travaux. Hier je l'ai trouvée étendue sur le plancher. Elle abritait ses yeux, comme si du soleil les eût aveuglés : " Jadis, m'a-t-elle dit, je restais ainsi couchée pendant des heures, au fond d'une barque, sur la mer. "

Ce qui me reste d'amour, je le concentre sur mon enfant, qui sera jeune.

Et si la mort me déchargeait de ceux que j'aime, ah....

��*

  • *

�� �