Page:NRF 1909 12.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


UNE BELLE VUE 485

découvrir que ses ragots avaient plus d'importance qu'il ne leur en accordait.

— Oh ! je ne sais rien de positif, corrigea-t-il, afin de ne pas se compromettre... Et je comprendrais votre sur- prise...

— Ma surprise ? ricana mon père. Non, monsieur Servonnet, rien ne me surprend. Je veux m'attendre à tout. Mais, par exemple, il est comique, extrêmement comique, avouez-le, que la matinée Chaberton soit le rendez-vous de toutes les personnes avec lesquelles j'ai rompu pour une raison ou pour une autre. Ce qui d'ailleurs n'est point à dire que je mette Tourneur et Davèzieux dans le même panier.

Il eut un rire sinistre, auquel fit écho le petit rire complaisant de l'ancien magistrat, puis il reprit :

— Ah ! monsieur de Champdieu a rendu un fier service à ses voisins, le dimanche qu'il a manqué de les culbuter. Cet accident leur a conféré des titres de noblesse aux yeux de certains aristocrates de fraîche date que nous connaissons... Reste à savoir ce qu'en penseront " les petites gens ".

— Les choses finissent toujours par s'arranger ; je m'en rapporte à ma vieille expérience. Il suffirait aujourd'hui que cet ours de Tourneur y mit un peu du sien. Tenez, ceci va vous dérider : vous savez si Davèzieux voulait en- tendre parler de Tourneur ! Eh bien ! je me suis laissé dire qu'au nouvel an il avait posé des cartes au Colombier.

Un ressort d'acier eût en se déclenchant projeté mon père hors de sa chaise que celui-ci n'eût point fait d'autre saut. Il se trouva subitement debout, et, empoignant à deux mains son crâne dénudé, s'écria :

�� �