Page:NRF 1909 12.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


486 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

— Ma parole ! c'est à croire que je deviens fou ! Davèzieux, des cartes ! Au Colombier ! Ha ! ha ! ha !

Il avait effectivement un peu l'air de perdre la raison, et faisait peur. Maman et M. Servonnet le supplièrent de se calmer. Mais cette fois la coupe était trop pleine : il fallait qu'elle débordât copieusement.

— Ainsi donc, s'écria-t-il, voilà un tas de farceurs qui connaissent à peine Tourneur ou n'ont jamais pu le sentir, qui l'ont calomnié, traîné dans la boue, et ils se mêlent de lui faire des avances ! D'où vient, s'il vous plaît, ce beau zèle inattendu, sinon que certains veulent se servir de Tourneur pour me faire pièce ! Vous verrez que moi, son seul ami, moi qui, dans l'obligation doulou- reuse de me séparer de lui, ne lui ai du moins pas jeté la pierre, vous verrez qu'en fin de compte j'aurai l'air de jouer à son égard le rôle le plus odieux !... Quoi ? Qu'y a-t-il ?

Ces interrogations brutales s'adressaient à Octavie qui venait d'entrer. Elle apportait une lettre.

— C'est de la part de monsieur Chaberton.

— L'invitation, je savais bien, dit maman, de qui le visage se rassérénait.

D'une main fébrile, mon père arracha de son enveloppe un large bristol. Il parcourut des yeux l'imprimé et

��s'écria

��— Non ! c'est bouffon ! Ecoutez-moi ça : " Monsieur et Madame de Chaberton de Serigny ont l'honneur... " Trop d'honneur, en vérité ! Un peu plus d'empressement et de tact feraient cent fois mieux l'affaire... Vous permettez, monsieur Servonnet ?

Il s'assit, nous tournant le dos, devant un petit secrétaire.

�� �