Page:NRF 1909 2.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


120 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

surcroît ! Elle donne corps à une longue tradition militaire. Le terrible souvenir de Monluc, qui naquit à Condom, s'étend jusqu'à elle, et le nom de Lan nés, à qui elle donna le jour en 1769, la remplit encore d'un roulement lointain de la foudre napoléonienne. Celui de qui l'empereur disait qu'il était le brave des braves orne de sa statue la terrasse mélancolique d'où Lectoure pré- side à sa campagne et jusqu'aux Pyrénées. Mais il n'est pas besoin d'une image de marbre, soit-elle d'un héros, pour accroître le sublime de ce lieu. Un crépuscule humide et brillant argentait la vallée. Les arbres de la terrasse s'égouttaient dans le soleil couchant. Tout se fondait dans une im- pondérable douceur. Appuyé aux balustres, un jeune homme s'abandonnait à la vaporeuse indé- cision de l'heure. A peine dérangé par notre ap- proche, il tourna vers nous un grave et timide visage, puis se reprit à ses rêveries. Absorbait-il seulement sans penser, comme une plante respire, la détente et la fraîcheur du soir, délicieuses après cette accablante journée ? Ou bien voyait-il se jouer une naissante sylphide à travers la vaporeuse indécision des coteaux ? Se doutait-il même com- bien son attitude frêle et pensive évoquait tout ce qu'une première jeunesse, avide d'amour et de beauté, comprimée par l'atmosphère étouffante d'une petite ville de l'extrême province, peut faire tenir d'ambition, de désirs et de hautes espérances

�� �