Page:NRF 1909 2.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


A L'AMOUR ET A L AMITIE 1 35

s'en débarrasser, toutes les heures, puis, en règle avec le temps pour la journée ; s'attarderont à ces quarts et à ces demies qui festonnent le soir sans le hâter. Alors, éclatant en pleurs, tu avoueras à ta compagne que c'est toi qui, l'autre jour, avais profité de sa sieste pour peindre ses seins en bleu ciel. Mais elle posera son doigt sur sa bouche pour t' ordonner le silence, et de partager en deux chaque baiser.

��*

  • *

��Mais voilà, bosselé, rapiécé, jetant sur l'Océan le soleil et un anneau d'ombre, que Saint-Miguel des Açores, a mesure que le bateau approche, dévide et enroule la ligne de ses grèves sur le grand volcan dépassé. Collé a l'horizon, il est d'abord ridicule comme un centre de circonférence égaré sur le cercle, et des mouettes de New-Tork, trouvant l'Europe par trop minuscule, repartent sans arrêt vers /' Ouest. Du navire, nous dominons des îlots de glycine et de maïs, entaillés d'une crique, forés d'un lac, qui flottent sur la mer comme des palettes. Les coqs chantent. Un parfum inouï a secoué, en une seconde, toute ma vie à venir.

J'ai dû fermer les yeux, car mon vieux matelot italien me secoue le bras, et m'annonce en secret que voilà la terre ; je dois sembler aveugle et stupide, car Miss Parsons, en passant derrière moi, me le murmure pour m épargner quelque impair, car Miss Jones qui sait sans l' avoir apprise la langue des signaux, agite à mon intention ses bras déliés, et le capitaine en personne

�� �