Page:NRF 3.djvu/235

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


— En résumé, il se porte tout entier en lui-même, n’a pas de relations intimes, pas de bonheur physique ou moral, pas de joie. Il lui vient par conséquent des désespoirs de lassitude, à la vision du triste identique. 22 septembre 1895.

Divinement rêvé, une seconde, sur ce proverbe breton, naïf comme la simplicité, et triste comme la prière : " Secourez-moi, grand Dieu, à la pointe du Raz, mon vaisseau est si petit, et la mer est si grande. " 24 septembre 1895.

Un portrait de femme :

Un nez à forme tronc de pyramide, béant, des trous où mettre du tabac, des yeux de chien, des lèvres menues, très rouges, comme quand on se mouche souvent, pour cause d’un rhume de cerveau, tendues en avant dans le geste d’embrasser des enfants, — des poils follets, longs, sur la peau flasque. De l’aigu général là-dessus. Une tension et un arrondissement des yeux : on dirait un disque tournant très vite, sous des forces internes.

Un vif mouvement d’extension en toute la personne. Elle possède spécialement ce qu’on peut appeler la " conviction ". Ses idées sont faîtes, et