Page:NRF 3.djvu/237

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


JOURNAL DE LA VINGTIEME ANNEE 227

d'autre part, n'ayant point de terme de comparaison, ils croient à l'infaillibilité de leur expérience. Elle essaye de tout comprendre par elle-même ; son rire, facile à naître, et s'épandant infiniment. Chez les pauvres d'esprit où peu habite, toute idée paraît drôle. Le plaisant est très relatif, et quelqu'un qui aura peu entendu de drôleries rira pour rien. Elle ne voit pas le dessous, n'apprécie pas le geste de servir la plaisanterie, il ny a pas d'éléments s'installant dans son esprit pendant qu'on conte, — cet esprit ne sera donc pas lourd à entraîner au rire. L'état d'équilibre entre l'individu et le milieu, qui produit la joie, s'établit tout de suite. Elle est malade, mais la maladie s'installe pendant son attention, et ceci relatif au rire est si vrai, — qu'elle rit infiniment quand même. 9 octobre.

��*

��Jean d'Ombre, au travail, — i un travail un peu physique : levé de plan.

Ce travail lui plaît, parce qu'un peu d'âme inoccupée pourra aller au rêve, à l'amas de matières à littérature : sensations, réflexions, souvenirs. — Et la vie au milieu de la nature lui déclare un retour continuel des choses en lui, qui vont le grossir, ou du moins le conserver.

Commence la besogne. Il veut arriver à une situation. Donc, il doit apprendre, et s'y met, et se mécanise sincèrement, puis vient l'habitude à

�� �