Page:NRF 3.djvu/240

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


23O LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

la honte de lui-même, — mais n'y atteint pas. Avant cela, s'intronise le mal pesant de tête.

Il sent monter de la haine pour le chef ; il le considère spécialement, être à part, victorieux, (comme cela se fait au collège) mais son cœur s'apitoie à la prévision des haines, et ce sont, intuitifs,des élans d'amour vers ce chef. Puis revient l'agacement de la supériorité de l'autre, et Jean d'Ombre est écrasé, et son âme est pelotonnée en boule. 13 octobre.

Curieux, l'entrée d'une idée nouvelle en Jean d'Ombre. On lui cause, on expose des doctrines, à lui neuves : avec cette fermeture, ce pelotonne- ment en boule de lui-même, il essaye de ne pas assimiler ; sa volonté est dardée contre alentour. Mais cela entre pourtant, et produit à peu près l'effet d'une matière étrangère : il n'y a pas équi- libre dans tout son être, l'état d'équilibre ayant été dérangé par la nouvelle force introduite. Mai* bientôt la paix se fait, l'idée est assimilée apn tout ce travail, comme de digestion.

Pendant toute la conversation, il a eu un singuli< aspect : Tête baissée, opposant du dur aux paroles, yeux enfouis, ne voulant pas, ou n'osant pas regarder le causeur ; parfois pourtant un regard grandiose, dévisageant, aigu. Mais, rarement. C'est un peu par honte, par timidité et même par peur

�� �