Page:NRF 3.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


22 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

qu'on y respirait n'était pas celui de Champvallon. On y respirait l'air que respirent en pleine mer ceux qui vont, agrandissant leur patrie, poser son drapeau sur un nouveau monde.

Le jour où Charles Blanchard arriva dans la maison de son oncle, contre toutes prévisions, il trouva assez d'énergie pour faire quelque chose. Dès qu'il fut dans la boutique, il ne s'assit pas comme on l'eût pu croire, mais il regarda autour de lui. Il finit par découvrir une porte, qui faisait communiquer la boutique avec une autre pièce; cette porte était fermée, mais il alla jusqu'à elle, l'ouvrit et disparut.

Il ne dit pas un mot, il ne fit pas de bruit, ce ne fut qu'un peu plus tard que Baptiste constata son absence. Il le rejoignit et pensa :

— C'est le voyage qui l'a fatigué. Il a envie de dormir. Dis donc, camarade, si tu te mettais au lit!

Charles Blanchard s'était réfugié dans la pièce où l'on dormait. Mais le lendemain matin, lorsqu'il fut levé, Baptiste eut beau lui dire :

— Allons, viens avec moi dans la boutique. Charles Blanchard recula, se colla au mur et tenta de reculer encore lorsqu'il en fut là. Ne pouvant pas y arriver, il baissa la tête et se mit à trembler.

Il fallut user de violence, il fallut le saisir par un bras. Il ne lutta pas, n'en ayant pas l'habitude,