Page:NRF 3.djvu/309

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


JOURNAL SANS DATES 299

perchent des kakatoès, dans un paysage australien où circulent des kanguroos peu sauvages.

Une automobile s'arrête à la porte du cimetière ; c'est Fargue ; il arrive comme s'achèvent les discours.

Je suis heureux de le voir là ; sa douleur est profonde ; comme celle de tous ceux qui sont ici d'ailleurs ; mais il semble, de plus, que Fargue représente ici tout un groupe d'amis absents et précisément des meilleurs, et vienne apporter leur hommage.

Nous rentrons à l'hôtel où Madame Philippe nous convie ; son gendre M. Tournayre la représente. Je suis assis auprès de lui ; il me raconte certains traits de la première enfance de son beau-frère :

— Dès l'âge de cinq ou six ans, dit-il, le petit Louis jouait à " aller à l'école ; " il s'était fait de petits cahiers qu'il mettait sous son bras, puis disait :

— Maman, adieu ; je m'en vais à l'école.

Il s'asseyait alors dans un coin de l'autre pièce, sur un escabeau, tournait le dos à tout... Puis au bout d'un quart d'heure, la classe imaginaire était finie ; il rentrait.

— Maman, l'école est finie.

Mais un beau jour, sans rien dire à personne, se sauvant de chez lui, il y alla pour de vrai, à l'école ; il n'avait que six ans : le maître le renvoya. Le petit Louis revint. Le maître, alors :

— Qu'est-ce que tu viens faire ici ?

— Mais... apprendre.

On le renvoie encore ; il est trop jeune. L'enfant s'ob- stine et fait si bien qu'il obtient une dispense d'âge. Le voilà qui commence sa patiente instruction.

�� �