Page:NRF 3.djvu/359

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

LE CHARRETIER 349

Long Jack avait le " Star of the West " Jones, lui, avait le plus beau de tous ces wagons : " My Jessie ".

Il l'avait commandé à Bennett, le meilleur charron des Nouvelles Galles, et l'avait baptisé du nom de la petite. Les roues d'arrière avaient 6 pieds 6 pouces de diamètre, les moyeux et les rayons étaient en " écorce de fer '* et les jantes en " gommier bleu " : le corps et les doubles brancards étaient de " gommier tacheté ". " My Jessie ", soit au repos, soit en marche, avait toujours l'air neuf et propre; tous les boulons étaient serrés à fond, tout était graissé ; rien ne ferraillait, rien ne grinçait. Le wagon pouvait porter 15 tonnes : Jones l'avait payé 120 livres sterling, et partout où il passait, on reconnaissait " My Jessie " et son attelage modèle ; d'ailleurs les ornières de 6 pouces de large suffisaient pour annoncer la présence de Jones dans le district.

Non sans un peu d'envie, on admirait Jones dans le camp des charretiers, car son wagon autant que son attelage étaient sans rivaux. On lui enviait aussi sa fille Jessie qui était un peu traitée comme la reine du camp. La femme de Nolan avait bien des chèvres, celle de Greenhalgh une machine à coudre Wertheim ornée d'arabesques d'or et de fleurs bleues ; mais la gamine de Jones avait la tente la mieux aménagée, la batterie de cuisine la plus complète. La femme de Ford allait même jusqu'à prétendre que Jessie ne mangeait et ne buvait que dans de la porcelaine ; mais la commère était connue pour sa mauvaise langue et pour l'imagination dont elle était affligée.

La vie du camp était la vie d'une petite ville, sauf qu'on n'y recevait des nouvelles que tous les huit jours : cette pénurie de communications avec le monde extérieur