Page:NRF 3.djvu/367

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DES VERS... 357

��J 'avais les parfums, sur mes mains avides, De tout V univers ;

Je n aime plus rien qu'un jardin humide Dans un pays vert y

Qu'un sentier secret, herbeux, qui s'enfonce Sous les aulnes gris,

Sentant le bois mort, la menthe et la ronce... En mineur, transis,

Et pourtant d'un tel accent de jeunesse... Je caresse ici

Le tenace émoi, qui berce et me blesse Comme ce pays...

VI

Quelque nuit, comme le vent saute, Je savais que vous partiriez Et que vous me déchireriez, Mais vous êtes un divin hôte/...

VII

Puisque le soleil meurt aussi Il nous faut rentrer, le jour baisse. Et pourtant — mon cœur, tais tes cris Je savais tes grâces, jeunesse...

�� �