Page:NRF 3.djvu/381

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


37i

��FERMINA MARQUEZ

��Des pieds à la tête. Tu es un rameau fleuri. Bénie soit la mère, Jeune fille , Qui pour toi souffrit les douleurs.

Voici que je suis malade et vieux. Hors de ce monde la mort m'appelle; Par mon testament j * ordonne Qu'on m'enterre dans ton lit.

(Madrigaux espagnols.)

��I.

��Le reflet de la porte vitrée du parloir passa brusque- ment sur le sable de la cour, à nos pieds. Santos leva la tête, regarda, et dit :

— Des jeunes filles.

Alors, nous eûmes, tous, les yeux fixés sur le perron, où se tenaient, en effet, à côté du Préfet des Etudes, deux jeunes filles en bleu, et aussi une grosse dame en noir. Tous quatre descendirent les quelques marches, et, sui- vant l'allée qui longeait la cour, se dirigèrent vers le fond du parc, vers la terrasse d'où l'on voyait la vallée de la Seine, et Paris, au loin. Le Préfet des Etudes montrait

�� �