Page:NRF 3.djvu/408

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


39^ LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

rival en face de Santos Iturria. Au contraire ; même si cela finissait par un combat où lui, Léniot, serait certai- nement vaincu, il garderait l'honneur très grand, de s'être, tout seul, élevé contre le héros du collège.... " et à propos d'une femme, encore ". Et ce n'était pas qu'il crût qu'on pût le traiter en enfant et le dédaigner à cause de son âge ; du reste Fermina avait à peine un an de plus que lui. Alors, où était cet obstacle, sinon dans sa propre timidité ? Pourtant, il ne manquait pas de courage. Le tout était de commencer ; et ce devait être facile : même chez les auteurs classiques, les amants paraissent n'éprou- ver aucun embarras à déclarer leur flamme. Et Santos, et Ortega, et d'autres élèves des classes supérieures, allaient fréquemment à la lingerie embrasser, l'une après l'autre, les petites lingères. Sans doute, ce n'étaient que des lin- gères. Mais Pablo s'était vanté, un matin, au réfectoire, d'avoir glissé des billets doux dans les mains des jeunes invitées, lors de la dernière fête de St. Charlemagne ; — oui, des billets doux, et au nez de leurs parents. Et même une d'elles avait répondu — , un galant homme n'en pou- vait dire davantage.

Elle avait répondu. " Pourquoi donc hésiterais-je, moi ? " se disait Léniot.

Valéry Larbaud. (A suivre.)

�� �