Page:NRF 3.djvu/488

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


478 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

veloppé d'une docile justesse la fluidité ell même ; il a laissé se tramer en lui la forme d l'insaisissable, et sur elle sont venus se poser 1 sons, comme au matin l'eau, en claires perles con densées, dessine la tremblante flexibilité des herbe Dans Nuages chaque contour mélodique, chaq accord est pénétré de nécessité ; aucune spéculatio orchestrale ; une fidélité perpétuelle à l'émotion si bien que de l'évanouissement lui-même il sembl que le timide visage soit ici fixé ; la plus hésitant mobilité a coulé ses rhythmes dans les seuls mou vements sonores qui la pouvaient avec exactitud représenter. — De là cette netteté frissonnante parce que chaque trait est nécessaire, qu'une déli cate rigueur parmi tous les autres le conduit, évite de se confondre. Même quand tous les instruments plongent, tournoient, s'emmêlent et lentement hors de leur étreinte remontent en frémissant, la fine justesse des contours n'est pas troublée. Limpide et tremblante distinction, comme à travers le voile de la chaleur le paysage qui bouge, apparaît plus subtil et plus clair. — L'orchestre de Debussy est perpétuellement di- visé. Ses différentes parties peuvent se rejoindre momentanément ; mais leur mélange n'est qu'ac- cidentel ; elles ne s'unissent que parce qu'elles sont nées séparées ; jamais l'une ne dérive de l'autre, ne s'en détache. Cette musique est ainsi comme un réseau sensible qui se modèle à chaque

�� �