Page:NRF 3.djvu/494

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


484 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Et une terreur qui l'aveuglait, qui lui ferait manquer les plus belles occasions de parler ou d'agir. Il regrettait de n'être pas amoureux tout de bon ; peut-être qu'alors cette conquête lui serait aisée. Mais, devant la difficulté de l'entreprise, tout sentiment de tendresse ou d'affection disparaissait, et la pensée de Fermina Marquez l'irritait, lui devenait même pénible et l'humiliait. Patiemment, comme on ramène un cheval près de l'objet qui l'effraie, Joanny ramenait sa volonté devant cette image de Fermina Marquez qu'il avait dans son esprit, et qu'il finissait par trouver intolérable.

— Eh bien, vous ne travaillez pas, vous ? "

— Moi, Monsieur ? " dit Léniot réveillé.

— Oui, vous ! Votre nom s'il vous plaît ? demanda M. Lebrun, cherchant à affermir sa voix.

— Léniot. "

— Eh bien, monsieur Léniot, je vous prie de travail- ler. "

M. Lebrun faisait du zèle. Dans les études des petits, il avait attendu qu'on le provoquât ; ici, il pensait se faire respecter en prenant l'offensive. Sans cesse il rappelait quelqu'un à l'ordre ; et, ne sachant s'il avait affaire à un bon élève ou à un paresseux, il réprimandait des élèves qu'on n'avait pas l'habitude d'entendre traiter comme des cancres. Et il croyait voir en Léniot, tout à fait oisif ce soir-là, la plus mauvaise tête de l'étude.

Joanny haussa les épaules et suivit ses pensées... Quelles étaient donc les causes de cette timidité ? La principale était assurément cette notion — que lui avait inculquée sa mère et toutes les dames de sa famille, — à savoir : qu'une différence fondamentale, irréductible,

�� �