Page:NRF 3.djvu/526

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


5 16 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

qu'on la voie, qu'on en apprécie le contour et puis, lorsqu'on la regarde, il sort de cette forme précise je ne sais quoi que je ne puis comparer qu'à la terre de mon pays qui n'est rien pour un étranger mais qui me donne, dans sa chimie par- faite, mon équilibre et ma volupté. J'aurais bien d'autres éloges à vous adresser sur votre connais- sance des hommes. A certains tournants de l'histoire d'Elisabeth d'Autriche, je vous attendais. Je me disais : " Ah ! ah ! Nous allons le prendre en flagrant délit de naïveté. " Et au lieu de cela, au lieu d'être un gobeur, voilà que vous donniez la vérité même, que vous mettiez l'anecdote à sa juste place. Vous connaissez beaucoup les hommes, vous savez admirablement les apprécier, c'est même un peu gênant. J'aurai un certain trac devant vous et pour ne pas me sentir rabaissé, je m'acharnerai à vous trouver des défauts.

Vous êtes un grand écrivain et je me sens flatté de vous connaître.

Charles-Louis Philippe.

�� �