Page:NRF 3.djvu/606

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


596 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAIS

mal à l'âme. Jamais toute cette neige ne poun fondre. Elle est là pour l'éternité.

L'église est la maison de Dieu. Dans les grand< villes. Dieu habite les cathédrales, qui sont d( maisons bien plus importantes que les églises : alon il doit falloir des journées pour en faire le tour, a l'église, ici, est si grande que Pas-comme-les-autres ne la connaît pas tout entière, et si haute qu'il n< montera jamais — il aurait bien trop peur ! jusqu'à la pointe du clocher. Les fenêtres n'ont pas de rideaux ; leurs carreaux ne sont pas ordi- naires : les uns, tout petits, sont réunis, soudés pi du plomb, les autres, tout d'une pièce, portent d( belles images. Ce sont, paraît-il, des vitraux. Il y beaucoup de chaises, pour que ceux qui viennent en visite puissent s'asseoir. Il y a des chaises plus basses pour que ceux qui ont quelque chose à demander puissent se mettre à genoux. Ici, Pas- comme-les-autres se sent tout petit. Bien avant d'entrer, il enlève sa casquette. Le soir, il a peur du silence, de l'ombre. L'église est trop près du cimetière. A partir du crépuscule, elle doit être envahie par les morts. Les morts vivent sous terre, mais chaque nuit ils remontent, " revien- nent ". Il y en a de bons, de doux, qui ne cher- chent pas à faire de mal. Ils sont allés tout droit au ciel. Ils ont, autour de la tête, une auréole plus lumineuse qu'un clair de lune. Mais les damnés sont terribles : Pas-comme-les-autres les voit,

�� �