Page:NRF 3.djvu/713

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LES CONQUERANTS 703

Ses paroles feront trembler Dans votre poitrine élargie La voix belle qu'elle recèle Et que vous ne soupçonniez pas : Votre meilleure, votre seule voix.

��Il vous aimera selon vous

Avec les présents que vous auriez choisis,

Avec sa rudesse, avec son rire,

Son humilité ou sa pitié ;

Il vous aimera autant qu'il faudra

Pour vous attendrir et vous séduire.

��Vous penserez : Qu'attend-il de moi ?

Que va-t-il me demander demain ?

Et vous serez troublé, ne soupçonnant pas

Qu'en vérité, sans qu'il sache lui-même,

Il attend de vous sa raison d'être ;

Que vous lui êtes nécessaire

Comme le sont aux mots qu'on dit

Les oreilles qui les recueillent,

Comme le sont aux choses belles

Les yeux qu'il y a autour d'elles.

��Car la conquête est son grand désir ; Pareil aux héros et aux femmes,

�� �