Page:NRF 3.djvu/717

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LES CONQUÉRANTS 707

Où les gens, avec ce désir, Quittèrent le seuil de leur porte Pour aller les uns vers les autres.

��Et le temps vint dans le pays Où il n'y eut pour emplir l'histoire Que des chansons à l'unisson Qu'une ronde autour des maisons, Qu'un combat et qu'une victoire.

Charles Vildrac

�� �