Page:NRF 3.djvu/716

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


J06 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Si bien qu'un jour, ô doux miracle ! Un autre naquit, très riche aussi, Un autre se leva, jaloux de sa gloire, Qui marcha comme lui dans le pays En prodiguant son meilleur bien Et cueillant, cueillant des victoires.

Oh il fallut bien que chacun Elargissant son cœur un peu Y fît une place de plus !

Mais d'autres conquérants alors Surgirent comme des surprises ; Mais il y eut cent conquérants Et il fallut que Ton devienne. Cent fois aimé, cent fois aimant.

Et comme les cerveaux d'adolescents

Que l'on a forcés à contenir

Et à garder de plus en plus

Rendent d'abord ce qu'ils ont reçu

Puis veulent un jour donner d'eux-mêmes,

Ceux qu'on avait cent fois conquis

Pensèrent conquérir aussi.

Et le temps vint dans le pays, Le temps de la grande conquête

�� �