Page:NRF 3.djvu/734

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


724 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

dent fut emplie du plus abondant et du plus doré soleil couchant.

�� ��Certaine blondeur de l'air, le bleu des ombres pur de gris, et ces ocres chaudes : ah ! voici qu'enfin sortant des régions moyennes... Ample fond d'une vallée épanouie, 6 pente vaste vers le Sud ! D'accord avec un large fleuve nous descen- dons la distance.

Des quais, le front d'une ville — grande gare, et c'est comme le vestibule de la cité ; pour moi le dernier relais de locomotives.

O Forêts chaleureuses où nous nous enfonçons, dont abonde l'arôme dans le soir orageux !

La nuit est venue, et il pleut. Plus rien, entre une gare et une autre, illuminées, qu'un intervalle d'ombre monotone. Mais à l'horizon de la nuit et sous un ciel de nouveau étoile des monts enfin soulèvent leurs dos obscurs ; mais clameur, au loin, de la mer !

— Seul dans la pluie et le vent, dans les ténè- bres noyées, j'écoute l'émeute des eaux.

��*

��Des terres affaissées et des sables, entre les landes et la mer un rivage vague : où j'erre à pas perdus et dans l'enchantement d'une mélancolie.

Un peu d'herbe ; et quelques arbres sont là qui

�� �