Page:NRF 3.djvu/745

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


L HUILE DE LA LAMPE 735

IL

Abaissons les rideaux et rallumons la lampe

tilde encore ; ma sœur, de la veillée d'hier.

Le vent gémit, le ciel est noir, et c'est F hiver...

Au coin du feu, ma sœur, asseyons-nous ensemble.

Que faire par un temps pareil sinon se taire

et se dire qu'ailleurs le soleil illumine

le marbre des Cyclades qui trempe dans Veau bleue.

Ne bâillez point, mais songez plutôt au steamer

que les flots et les vents bousculent sur la mer.

Faites des vœux pour qu'au port il arrive

et que le mousse encore puisse embrasser sa mère !

Songez aussi que les requins ont faim dans Peau

et que l'estomac creux, ils suivent le vaisseau

attendant — c'est affreux! — que quelqu'un dégringole...

Ah, j'en conviens, ma sœur, tout ça n'est pas bien gai.

Quittons donc ce sujet et feuilletons des livres

où Von parle a" oiseaux. Voici des perroquets,

des casoars, des grèbes... Et ne bâillez point, ma sœur...

Souhaitez-vous que je vous conte des histoires ?..

— Non, mon ami, prenez plutôt garde à la lampe : on dirait qu'elle baisse... — Ce n'est rien, c est V hiver...

— Mon frère, je m'ennuie... — Eh, qu'ypuis-je, ma chère: au coin du feu, asseyons-nous, ma sœur, ensemble... Nous dormirons tantôt et le vent dans les pins sifflera. Il fera tout noir et votre main

sous les draps cherchera la mienne. — Oui, mais demain...

�� �