Page:NRF 3.djvu/744

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


734

��L'HUILE DE LA LAMPE

��I.

��Ces malheureux cyprins dans le morne cristal où se consume en rond leur muette existence, quelle inquiète pensée leur travaille le cerveau ? Leur bouche molle fait des o sans fin dans Veau : de quel appel peut-être retentit ce bocal ! Nous n'en saurons d'ailleurs jamais un traître mot, car F aquarium jaloux ne laisse rien passer... Et de si près, ma sœur, que vous vous incliniez, nul éclair sympathique ne brillera jamais dans la boule myope et flasque de ces yeux... Ne dites pas surtout qu'il ne s'agit que de poissons : Victor Hugo l'affirme : dans la vie tout se touche. Nous aussi, c'est en vain que nous ouvrons la bouche, les plus amers sanglots que nous tire la passion ne sont pareillement que creuses bulles a' air. Nous avons beau crier : personne ne répond. Tant il est vrai, ma sœur, que tout dans la nature, le ciel, l'homme, la mer et la pisciculture fut fait par Dieu pour enseigner la créature et fournir des sujets a sa littérature...

�� �