Page:NRF 3.djvu/762

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


752 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

science sur l'âme — les théories matérialistes. Oh! la science va diablement trop vite parfois dans la conquête de la vérité. J'ai souvent envie de dire aux gaillards qui se croient si sûrs de posséder la certitude sur ce point : Ne vous emballez pas ; ne soyez pas trop assurés de connaître toute l'his- toire — le noyau, le commencement, la fin. Puis j'ai une réaction. Après la longue période durant laquelle fut soutenue l'autre opinion — le mépris du corps, le dégoût horrible, mesquin, ignoble, décadent, empoisonné, exprimé dans les religions ascétiques pour l'homme physique — je confesse que le matérialisme lui-même est un soulagement, comme une aurore, comme le soleil, comme la

beauté — oui, comme la vérité elle-même Tel

est ce qui devrait être et doit être nécessairement : une fidélité puissante au corps, aux désirs, aux passions, aux appétits du corps, à tous, tenus en main solidement, mais vivants, servant l'âme, comme un fidèle coursier.

L'Idée d'Expiation.

L'idée d'expiation entretenue par l'église me répugne, à cause de l'essentielle bassesse de cette idée et ce qu'elle comporte de déloyauté gratuite vis-à-vis de ce que je considère comme de hauts et impératifs exemples d'action humaine. Nous disons d'un certain homme : il ne saurait y avoir

�� �