Page:NRF 3.djvu/791

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


FERMINA MARQUEZ 78 x

donc ! Les nègres, vous savez. Il en est mort, dans cette infirmerie, plus qu'on ne vous en disait. " Les parents les ont retirés " ; ils expliquaient ça de cette façon. Oui, les parents les avaient retirés dans une boîte... Ce pauvre petit homme qui travaillait si bien, qui était si doux, Delavache, d'Haïti, eh bien il est mort dans mes bras, là-haut ; voilà la vérité. Ah ! quand j'y pense !...

" Y en avait bien, dans le tas, qui ne valaient pas grand'chose ; des garnements qui faisaient des choses qui ne sont pas de faire. Mais les gens de ces pays des Tropiques, c'est comme l'indigène, aux Colonies ; c'est précoce, ça a le sang trop chaud. Mais bah ! la majorité était saine et bonne, de vrais messieurs, qui respectaient le Bon Dieu et qui n'avaient peur de rien. Oui, pour une belle génération, je ne vous dis que ça.

" Tenez, allons nous asseoir sur le perron du parloir. J'y ai mis un banc, et c'est là que je fume ma pipe, après déjeuner. Vous avez le temps, n'est-ce pas ?

" Quand le collège s'est vendu, comme il fallait quel- qu'un pour garder les bâtiments et le parc, on m'a nommé gardien, avec de tout petits appointements. J'au- rais pu trouver une situation plus avantageuse ; mais il m'aurait fallu chercher. Je ne connais plus personne. Et j'avais mes habitudes ici. J'aime le grand air ; je ne pourrais pas me faire à ces logements de Paris, si étroits. Songez que j'ai tout ce parc pour me promener...

" Et comme ça, donc, vous vous êtes dit : " Tiens je vais faire un tour à Saint- Augustin " ; c'est gentil de votre part. Je me disais bien que vous viendriez quelque jour. J'en vois encore pas mal, d'anciens élèves. Pour ceux qui habitent Paris, ça leur est facile de venir. Par

�� �