Page:NRF 3.djvu/804

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


794 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Avouons-le avec honte: le public fut froid. On dit que l'Odéon n'avait prévu que quelques représentations; il est certain pourtant que de plus belles recettes auraient maintenu Coriolan plus de huit jours sur l'affiche. Il est facile de traiter nos voisins de barbares ; mais il y a chez eux un grand public pour les pièces de Shakespeare, de Molière ou d'Ibsen. Le nôtre ne s'est pas détourné du théâtre, mais il se rue à ce qu'on y donne de pire. Quelle patiente rénovation de l'art dramatique pourrait parvenir à reformer chez nous un public ?

J. s.

�� ��LA BETE par Edmond Fleg (Théâtre Antoine).

Ce qu'il y a de remarquable dans la pièce de M. Edmond Fleg, c'est son extrême ingénuité... On insisterait sans profit sur l'enfantillage d'une intrigue où s'opposent Guillaume Bussière et Pierre Marcès, l'un représentant la santé, la droiture et la science, comme l'autre symbolise la morbidesse, le vice et la littérature. Ce qu'il faut déplorer c'est la faible peinture que M. Fleg nous a donnée de son héros. Il a négligé ou méconnu en lui tous les traits qui de cette silhouette inconsistante pou- vaient faire un véritable caractère dramatique. Il ne faut pas reprocher à l'auteur d'avoir entrepris l'étude d'un cas excep- tionnel, mais d'y avoir apporté si peu d'imagination, de justesse et d'originalité. Sa curiosité est louable, mais elle ne se trouve nullement justifiée. D'abord les circonstances dans lesquelles se forme et se développe un Pierre Marcès méritaient d'être élucidées. Le personnage est sèchement présenté. Il ne baigne pas dans son atmosphère. Son action semble à la fois trop gra- tuite et trop bornée. Marcès nous apparaît tantôt comme un révolté, tantôt comme un désabusé. Parfois il tente de s'élever jusqu'à un lyrisme conscient, pruis etombe au rang des réprou- vés. La langueur de ses attitudes, la monotonie de ses expé- riences ne s'accordent guère avec l'impétuosité de ses entre- prises et la grandeur des ambitions dont il se targue. Est-ce un pesant ennui qui l'accable, comme Rolla ? Est-ce une déchirante

�� �