Page:NRF 3.djvu/88

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


82 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

— J'aurais justement à vous dire deux mots, dit mon père, lequel suffoquait.

M. de Chaberton nous fit peu attendre.

— Ah ! mon cher, une pure merveille ! s'écria-t-il en nous rejoignant. Vous ne vous en faites aucune idée ! Ce marchand ne se doutait pas du trésor qu'il possédait ; il m'a demandé cent cinquante francs, et j'aurais pu mar- chander. La console en vaut mille au bas mot.

Dans son exaltation, il ne laissait pas placer une syllabe à son compagnon et ne s'apercevait même pas que ce dernier lui opposait un visage rien moins qu'aimable. A la fin, mon père, à bout de patience, loi coupa la parole et sans ménagements vint droit au fait :

— J'ai appris que vous aviez engagé Victor... Vous n'avez peut-être pas réfléchi à ce que le procédé avait de désobligeant pour moi. Je tiens à vous dire qu'il m'a beaucoup surpris de votre part.

— Comment ? Comment ? balbutia M. de Chaberton, qui décontenancé par cette sortie inattendue restait cloué sur le trottoir.

— Je n'ai rien de plus à ajouter, déclara mon père en portant la main à son chapeau.

— Ah ! ça, fit l'autre qui se ressaisissait, quelle est cette querelle d'allemand ? Vous aviez à votre service une perle, un de ces travailleurs comme on n'en rencontre plus par le temps qui court ; vous le fichez à la porte sous des accusations ridicules, et vous voudriez m'empêcher de profiter de votre gaffe ! Convenez plutôt que ce n'est qu'un prétexte. Il y a longtemps que je vous vois venir. Déjà l'été dernier, vous aviez, paraît-il, la prétention de régenter ma maison. Il aurait fallu que je vous consulte avant de

�� �