Page:NRF 5.djvu/612

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


6o6 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

partout. Eh bien, il vient habiter Paris. Et pour venir habiter Paris pendant 3 ans il a consenti à

se préparer à l'Ecole Il vient d'être reçu.

L'Ecole ne lui plaît pas. Mais alors, vous qui

aimez la décentralisation, qui vous forçait à venir à Paris, — malgré votre famille. Vous avez aussi chanté la libre nature et médit des bibliothèques. On n'est pas plus conséquent avec soi-même.

J'insiste sur ces choses parce que l'écrivain doit vivre d'accord avec sa théorie. Nous qui n'aimons pas les riches, nous ne devons jamais être riche. Si un jour je gagnais des ors, j'estime que je n'aurais pas le droit de m'en servir pour vivre dans le luxe et les plaisirs. Sinon je me condamnerais moi- même. Je n'aurais plus le droit de parler à un ouvrier et de lui dire : Mon frère... Il n'y a qu'un système : c'est de donner ses biens comme, dit-on, l'a fait Tolstoï. Sinon l'on n'est qu'un chien qui aboie sans cause.

Ecris-moi bien vite pour que je te puisse racon- ter toutes mes histoires et surtout pour que je sache toute ton existence. Parle-moi de mes " ne- veux. " Dis à ta femme qu'elle est mon amie.

Je t'embrasse, mon vieux frère,

Louis.

(à suivre).

�� �