Page:NRF 5.djvu/780

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

774 ^^ NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

formité avec la nature humaine, que, si nous arrivons à refuser notre complet assentiment, ce n'est qu'au prix d'un effort. Car ne sont-ce point encore des rêves ? Oui. Le Cinquième Évan- géliste le sait bien lui-même :

Puisque le souvenir de Jésus, fluide et flottant comme un fantôme, a pris les formes successives de poètes qui se croyaient des historiens,

Il prendra bien encore la forme d'un rêveur qui n'ignore point que son rêve est un rêve.

Dans ce rêve nous trouverons pourtant d'étranges pré- cisions, lorsque la raison intervient. Jésus, nous dit Han Ryner. n'était pas assez harmonieux et assez fort pour tenir son chemin entre la prière et le blasphème. C'est pourquoi il eut peur de ses pensées. Il rêvait et priait, et il croyait penser. Il faisait, avec l'ombre de sa justice et de sa bonté, un avenir de bonté et de justice.

Mais nous trouverons aussi, lorsque le rêve devient une pensée, d'étranges agrandissements, comme lorsque le voile du Temple se déchira, découvrant le Saint des Saints, c'est- à-dire la vérité du monde. Un jour que le Christ Jésus parlait à la foule, il vit venir à lui un homme aux vêtements couverts de poussière, et il tenait un bâton à la main, et on voyait qu'il arrivait d'un long voyage.

Il dit donc à Jésus : Tes paroles sont nouvelles aux oreilles de ceux-ci. Moi, je les ai entendues souvent dans d'autres pays.

Car je viens des pays où Alexandre ne pénétra point. Et ils sont des milliers de prophètes, dans ces pays, qui annoncent l'amour et la miséricorde.

Jésus leva les mains vers cet homme, et dit : Sois béni, â mon frère! Car tu es pour moi le messager d'une grande joie !

Reprocherons-nous au cinquième Evangéliste d'avoir ac- cordé son rêve personnel avec de précédentes exégèses, et de nous avoir donné, de la résurrection, des explications que Renan, s'il était né trente années plus tard, ne désavouerait point ? Non, puisque, de tout cela, nous ne savons rien, ni les uns ni les autres. Il suffit qu'un idéal nous soit proposé, au nom de la justice et de l'amour, pour que nous tâchions d'y

�� �