Page:NRF 6.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


RAINER MARIA RILKE 33

pés par la prédominance d'une sensualité attentive et déliée, d'où se dégage par une sorte d'intuition immédiate, une image étendue de la vie. Rilke ose les déductions les plus lointaines et les plus compliquées sans prendre le détour de la combi- naison intellectuelle ; il ne quitte pas sa sensation et, si son cœur est tourmenté d'une soif d'absolu toute pascalienne, il ne souhaite pas " trouver Dieu ailleurs que partout. " ^ Il l'y cherche avec une ferveur exaltée, avec un soin méticuleux, avec une inquiétude qui n'est pas sans péril. Il est comme un chien sur la piste du divin.

Il nous introduit dans une atmosphère moite et enfiévrée où un monde à venir semble en éclosion continuelle. La vie s'y tient inachevée et trop serrée comme à l'intérieur d'un bourgeon.

Un jeune homme de ces temps-ci, le dernier descendant d'une vieille famille aristocratique du Danemark, fait à Paris, dans la misère et l'isole- ment, l'expérience d'un déracinement bien autre- ment grave que s'il se détachait, simplement, de sa terre et de ses morts. Déracinant son cœur, il passe d'une époque à une autre, il entreprend de se quitter lui-même pour parcourir dans la solitude l'espace très long qui sépare de la sympathie l'amour. Il ne continue pas sa lignée. Les temps nouveaux sont entrés en lui, il a élargi son cadre, il a laissé là sa maison et ce qu'il possédait.

' André Gide : les Nourritures terrestres.

3

�� �