Page:NRF 7.djvu/102

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


96 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

tu rester là-bas ? Un an, deux ans ? Plus que deux ans ?

ANNE VERCORS. — Un an. Deux ans. Oui, c'est cela.

Mets-moi mes souliers.

(LA MERE s'agenouille et lui met ses souliers)

Pour la première fois je te quitte, ô maison ! Combernon, haute demeure ! Veille bien à tout ! Jacques sera ici à ma place. Voilà la cheminée où il y a toujours du feu, voilà la grande table où je donne à manger à mon peuple.

Prenez place tous ! une dernière fois je vous partagerai le pain.

(Il prend place au haut bout de la longue table, ayant LA MERE à sa droite. Tous les serviteurs et les servantes sont debout, chacun à sa place. Il prend le pain, fait une croix dessus avec le couteau, le coupe et le fait distribuer par VIOLAINE etMA- RA. Lui-même conserve le dernier morceau. Fuis il se tourne solennellement vers LA MERE et lui ouvre les bras) Adieu, Elisabeth !

��X

�� �