Page:NRF 7.djvu/1038

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


1032 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

— Une traînée ? dit Nolot. Elle est habillée comme les Parisiennes, à ce qu'il paraît. Et c'est sa coiffure à la chien... Mais n'empêche qu'ils sont mariés, aussi bien que toi et ta femme.

— Pour ça, répondit Belin, c'est possible, et je ne dis pas le contraire. Mais c'est tout de même une drôle d'idée qu'il a eue là, de se marier avec une gamine dont il pourrait être le grand-père.

— De quoi que tu t'occupes-là ? dit Rabeux. Si ça leur a plu à tous les deux ?

— Oh ! A tous les deux !... A lui je ne dis pas le contraire. — Jamais Belin ne disait le contraire. — Mais elle, penses-tu qu'elle a attendu après ce vieux toqué-là ?

Lorsqu'il fut temps de se remettre au travail la dili- gence était déjà loin. On ne l'entendait plus du tout. De nouveau les maillets frappèrent sur les ciseaux. Peu à peu Nolot, Belin et Rabeux cessèrent de penser à Cougny, à Marcelle, au cousin à la mode de Paris. Leurs idées en même temps que leurs yeux, se fixaient sur ces pierres qu'il s'agissait de dégrossir patiemment, de modeler. Une poussière fine s'envolait au gré d'un souffle de vent.

��XII

��— Ah ! dit M""* Frébault, la voilà encore partie avec " la Cougnie " ! Elle vu courir la prétentaine, par là ! Elle ferait mieux de travailler !

Juliette passait. Elle entendit la réflexion, mais ne s*en soucia pas plus qu'un chat d'une noisette.

�� �