Page:NRF 7.djvu/116

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


IIO LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Chez lui les véritables images sont rares. Et le poème en prose ne vaut-il pas uniquement par l'image, en tout cas par la phrase si serrée, si drue que, — quelque dépouillée qu'elle soit en apparence, — elle-même forme image i C'est Th. Gautier qui, à propos des Poèmes en prose de Baudelaire, parlait de cette forme qui demande un art exquis et où chaque mot doit être jeté, avant d'être employé y dans des balances plus faciles à trébucher que celles des Peseurs d'or de Quintyn Metsys.

C'est Aloysius Bertrand qui vit " les chandelles champignonner dans la fumée ; un gibet suspendu qui demande V aumône aux pas- sants comme un manchot ; et qui sait que le cri de la lavandière effraya, dans la souche d^un saule, un rat qui fiait sa quenouille.

M. Landron, — du moins est-il permis de le croire, — n'a point l'ambition de résumer en une image ou en une phrase nette et neuve ce qu'ont d'éternel, ou de simplement pittores- que, un paysage, un geste, un état d'âme. Son tour d'esprit, je le répète, ne rappelle aucunement celui de Jules Renard. Il se contente de caricaturer par le procédé qui consiste à prendre les êtres et les choses à rebours. C'est le rémouleur qui, parce qu'il pédale sur place, devient un cycliste, le coiffeur qui, mau- vais plaisant, dès que vous êtes assis et incapable de vous défen- dre, commence la série de ses facéties, le facteur qui tire les cordons de sonnettes, comme les gamins, mais ne se sauve pas comme eux à toutes jambes. Il y a chez M. Landron plus d'humour que de poésie. Et si, à défaut du tour d'esprit, son tour de phrases ne rappelait presque perpétuellement Jules Renard, j'aurais considéré ces Charbons sur le mur beaucoup plus comme des fantaisies caricaturales que comme des poèmes en prose. Quand vous lisez le début de ses Cloches :

Elle font la joie ou le supplice des humains.

A leurs amis elles tiennent dans le langage le plus suave les propos les plus touchants,

ne pensez-vous pas, malgré vous, au rythme de Renard, dans Les HirondelleSy par exemple :

�� �