Page:NRF 7.djvu/139

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 133

ans, de l'Egjpte des Pharaons. Œuttcs d'art et papyrus, qu'avait conservés la sécheresse, seront détruits avant que les fouilles aient le temps de les mettre i découvert. M. Gayct espère provoquer en Europe un mouvement d'opinion qui entrave ces déplora- rable^ entreprises agricoles.

��Les Guêpes dont les admirations sont quelquefois plus singu- lières encore que les haines (qui ne se souvient du pauvre Angellier r), consacrent leur dernier numéro â Willy. On est heureux de tous les témoignages sj-mpathiques qui peuvent venir à cet amuseur déluré, à ce vraiment libre esprit qui s'in- carna jadis dans le corps d'une " Ouvreuse " ! Mais Willy, le premier, ne doit-il pas rire d'une si importante mobilisation néo-classique en son honneur ?

��Les Bandeaux d*Ory eux aussi reparaissent. On y peut lire des vers d'inégale qualité, un article de M. Georges Duhamel sur rOtage et une ballade de Paul Fort qu'il nous plaît de citer, au moment où un nouveau recueil F Aventure itenuUt vient attester à nouveau l'inépuisable verve populaire du poète :

MONTHLÉRY-LA-BATAILLE

CK QUE l'on y CULTrVI

Culture de la fraise et de la vielette, de r asperge et de la itmate, aussi culture de la vigne, esfcir vert diurne rtse pifuette, mais pbu eufor que de ces beaux dons de Naturey

le dimanche, cnltmre des Parisiens en fite fui vont ^ipahaudamt tmt ttutuar de la Tour, amants des longs repos sur V herbe ou de r amour, du vif amaar star Pherbe, on cueillenrs de noisettes, —

�� �