Page:NRF 7.djvu/182

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


176 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

de prendre place sur un échafaud consacré et glorieux? " {Hymn to the pillory) \

Le premier jour que tu fus exposé, — la Gazette de Londres nous l'apprend, — ce fut, en 1703, le 29 juillet, devant la Bourse, dans Cornhill. 11 fai- sait, ce jour là, un tiède soleil qui baignait et enveloppait de joie les choses et les êtres. Et c'était comme dans le conte gracieux de Chaucer au moment que les oiseaux, eux aussi, chantent un Hymne, un Hymne moins rauque et moins rude que le tien !

La foule était là dense, compacte, mêlée, hou- leuse. 11 y avait un écriteau avec ces mots mal peints en grosses lettres :

DANIEL DE FOE.

Au-dessus de l'infâme plateau, tournant sUr un pivot de manière que tu pusses être offert succes- sivement à tous les côtés du public, l'on apercevait les montants avec le trou béant pour enfermer la tête et les deux autres, plus petits, pour passer les mains. Et, c'est là, de Foë, que tu dus prendre place, là que tu fus lié, que tu fus offert aux risées

' William Prynn, jurisconsulte, s'éleva, en son temps avec tant de violence contre les Episcopaux qu'il fut condamné en 1647, tout comme de Fofi, à la prison, la mutilation et le pilori. Richard Baxton, Bastwick gravirent les degrés du pilori. John Selden, aussi jurisconsulte et l'un des plus judicieux critiques de son temps, sur- nommé par Grotius la Gloire de l' Angleterre, faillit bien y monter à son tour.

�� �