Page:NRF 7.djvu/183

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DANIEL DE FOE I??

et aux quolibets. Et cela était pire encore qu'à Old Bailey Court quand tu parus devant les hommes d'hermine et de brocart, les juges coiffés de perruques qui portent, en leur crâne rétréci, la notion déformée des lois.

Le second jour que tu subis l'ignominie du supplice, de Foë, ce fut près de l'aqueduc de Cheapside, non loin de Holborn, à deux pas de ce tripot où, devant la canaille de Londres, les condamnés à mort viennent, en sortant de New- gate, trinquer avec le bourreau. En cet endroit on avait dressé l'échafaud. Et c'était le même pilier infâme avec les ouvertures pour les mains et la tête, pour les mains qui avaient écrit, pour la tête qui avait pensé ce qu'avaient écrit les mains! Sur le même pilier était le même écriteau avec ton nom. Et, comme ce nom était célèbre, comme The hymn to the pillory venait à nouveau — crié un peu partout — de le répandre aux quatre coins de la ville, il arrivait, pour te voir, des gens et des gens. Et ce n'étaient pas seulement des passants, des désœuvrés, des cockneys et des musards qui venaient, confondus au peuple ; mais aussi la gentry, mais aussi la lordship : flâneurs de Bond Street, joueurs du West End, beaux et belles de Saint-James, tous étaient là ! De la taverne de la Mitre, de l'auberge du Lévrier, les uns et les autres étaient accourus ; puis aussi les ladies, puis aussi les miss ! Hogarth, dans le Mariage à la

�� �