Page:NRF 7.djvu/211

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DANIEL DE FOE 205

kirk, à la vue de ces vaisseaux, alluma un grand feu sur le promontoire. Le capitaine Samuel Roggers envoya, pour le prendre, une petite pinasse. Selkirk monta à bord avec sa carabine, sa menue pacotille et son perroquet Poil. Maintenant, lui, Selkirk, il était comme un homme ordinaire ; il allait dans Bristol et, de passant en passant, contait ses aventures. " Dieu, ajoutait-il un peu ému de toute la longue évocation de son récit. Dieu tienne en joie et santé M. le Gentilhomme du Dimanche ! " Et c'étaient, autour de lui, des rires doux et graves, de silencieuses rasades et de sourds colloques entre tous ces vieux compa- gnons de la mer. Mais toi, de Foë, toujours méditatif et recueilli, à quoi songeais-tu, dans le cabaret . Mais, sans doute que tu avais manqué ta vie ! Qu'il avait été vain de servir sous Guil- laume et sous la reine Anne ! Qu'il eût été autre- ment beau de s'en aller, comme cet homme, à l'aventure. Et l'Océan, les mers, les îles et les continents, tout peuplés de papegais ressemblant au perroquet Poil, apparaissaient à tes regards fiévreux tels que tu les avais admirés souvent sur la grande carte que Sébastien Cabot a dessinée de l'Inde et de l'Amérique ! Oh ! le bruit que fait le sable des plages en craquant sous les pas des marins ! Oh ! le vent qui pousse et berce les navires 1 Oh ! le goût des femmes et de la chair des plantes, les complaintes des sauvages et le

5

�� �