Page:NRF 7.djvu/244

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


238 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Uordre de Dostoïevski " est un prodige quand il l'atteint ". Suarès ajoute : " Une telle œuvre, quand on l'a saisie, semble la merveille longtemps souhaitée par l'esprit. " Et ailleurs : " L'Occident énumère et calcule : il est nombre et géométrie. Le Russe évoque et pressent : il est mouvement intérieur et musique. "

Dostoïevski a son ordre et sa mesure, qui ne sont pas les nôtres. J'essaierai, un jour, de l'expli- quer à mon tour. Mais fera-t-on comprendre qu'un ordre existe en dehors du géométrique, une mesure qu'il ne faut pas assimiler à " la moyenne des statistiques ", une composition qui n'est point toute didactique ; et qu'une infaillible ordonnance dont l'esprit embrasse d'un seul coup toutes les proportions, n'est pas la seule figure de la beauté }

" Toutes les sauvageries du monde ne valent pas un beau jardin h la française. ^

Peut-être diriez-vous encore, et dirai-je avec vous : toutes les beautés du monde ne valent pas la beauté française... Or, à cause de cette beauté-là, la plus belle de toutes, dont il emporte partout l'image dans son cœur, un artiste de France pourra, sans imprudence, s'aventurer à travers tous les pays du monde. A cause de ces beaux jardins-là, dont le modèle forma son âme et reste étendu

  • Charles Péguy.

�� �