Page:NRF 7.djvu/247

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


SUR LE DOSTOÏEVSKI DE SUARES 24I

Chaque homme est un homme nouveau qui, selon la méthode et l'art des ancêtres, tracera son sillon vivant. Chaque homme recreusera sa place en ce monde. Chaque jeune homme recreusera la terre des ancêtres :

Un trésor est caché dedans Je ne sais pas rendrait ; mais un peu de courage Vous le fera trouver : vous en viendrez à bout...

��« 

  •  »

��L'avertissement que nous apporte Dostoïevski, avec l'interrogation qu'il pose ; son appel, avec l'inquiétude qu'il soulève ; ce démenti qu'il donne au : tout est dit des esprits sans courage ; voilà le premier bienfait dont nous lui sommes redevables. De quel profit peut être son influence, il faudra tenter de le dire, et de le montrer. Nous revien- drons sans cesse à Dostoïevski, n'ayant jamais épuisé notre amour, notre étonnement ; n'ayant jamais fini d'éprouver ce qu'il a fait pour nous. Toute occasion de parler de lui doit être saisie. Celle-ci était heureuse entre toutes, qui rapproche de son nom le nom d'un très noble poète et les unit dans notre affection.

Jacques Copeau.

�� �